• vases communicants (8)

    Pour mes huitièmes vases communicants, j'ai le très grand honneur d'accueillir ana nb, dont j'aime lire ses vrais-rêves sur Effacements ou ses faux-rêves-écrits-vrais dans Le Jardin Sauvage (où vous pourrez lire mon texte). C'est elle qui m'a proposé l'idée de travailler sur le travail, et voici son texte, écoutez-la respirer...

     

    Mes saisons de travail

     

     Printemps 1

     

    c'est l'année du chat  - de la lucarne  - de Zappa - je travaille dans une imprimerie - autour des nuages et des murs sans couleur -  je dois corriger des articles sur des bateaux de guerre - il faut lire vite - je rate des corrections - je mets une poudre trop blanche sur le visage  - je porte une longue robe avec -  ça me dépasse les articles les mots les articles font un tas gris sur le bureau -  j'arrête à la fin du premier mois -

     

    Printemps 2

     

     

    c'est l'année de l'enfer - la porte de la maison n'a pas de clef -  sur une échelle dans un verger je cueille des poires vertes - je m'arrête - je croque dans l'acidité - je dors dans un vieux cinéma d' une ville à grand pont - plus tard mes doigts noircis par le raisin la pluie lave les doigts - j'achète une mauvais drogue - et toute une nuit j'attends la fin de ma respiration - voyager dans la tête est un travail - un jour je peins avec de l'encre de chine les fenêtres d'un grand appartement - un jour je mange de la neige j'ai soif -  un jour je marche à l'entrée d'une nouvelle ville -  j'ai dans le creux de la main un papillon mort -

     

    Printemps 3

     

     

    j 'ai un entretien pour travailler dans une grand librairie - au sous-sol on vend  des disques -  à la question qu'écoutez - vous je réponds les Stooges et Van der Graf Generator - je vends je classe je lis dans les rayons à la fin de la journée - à chaque client un  auteur - Spinoza – Bataille - Erving Goffman et le cadeau du client tchèque - Je lis Duras Handke Gombrovitch Garcia Lorca Leonora Carrington  - je découvre Pessoa - Le soir je peins sur de grands cartons des paysages nocturnes.- peindre  n'est pas mon métier.- peindre est plus importent que mon métier.- un jour j'oublie mon badge un second jour un troisième jour - au directeur qui me demande pourquoi je réponds  : je l'ai oublié parce que je l'ai oublié-

     

     

    Printemps 4

     

    dans une salle de cours langue française dans voix turque voix turque voix arabe voix arménienne voix tchétchène - je suis formatrice linguistique - la  langue devient mon outil de travail –  je donne des cours de français langue étrangère – et j'aide aussi pour les projets professionnels – je fais partie d'une compagnie de théâtre - je travaille sur un texte de René Daumal «La grande beuverie »- je fais des lectures publiques sur de jeunes auteurs allemands – je lis un jour une correspondance de Marina Tsvetaïeva -  le travail c'est ça -  lire rêver répéter sur un plateau improviser-  un jour je travaille je tombe je travaille je tombe je travaille je tombe - je m'arrête-

     

     

    Printemps 5

     

    le travail tue la personne le travail ne  tue pas seulement l'ouvrier sur le toit  l'ouvrier sur la machine le travail tue aussi la personne debout quelque  part dans  un espace pour travailler le travail tue la personne parce  la langue du travail est la langue de l'argent  la personne ne peut plus parler comme une personne la personne doit parler comme son métier la personne doit parler comme son entreprise la personne doit parler comme son employeur la personne doit parler pour l'argent  la personne doit parler pour le salaire qu'on lui donne - il n'y a pas de place dans le travail pour parler sa langue  -  et pour penser pour penser penser à travers les autres il faut sa propre langue - penser est un travail -

     

    Printemps 6

     

    un jour je ne travaille plus - après trouver un autre emploi devient dur très dur - je vais à l'université – je sors avec un diplôme  M2 Didactique du FLE – j'ai 16 à l'épreuve écrite d'arabe - et 2 à l'épreuve de déduction naturelle en calcul propositionnel  - je travaille aujourd'hui - je gagne neuf euros de l'heure j'ai un contrat de six mois - j'écris le soir chaque soir - écrire n'est pas travailler - écrire c'est respirer - je n'ai jamais appris à respirer -

     

     

     Pour lire les autres textes des vases communicants on peut cliquer ICI et retrouver la liste que Brigetoun a établie encore une fois avec sa générosité coutumière. 

    Rappel :
    Tiers Livre et Scriptopolis sont à l'initiative d'un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d'un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… "Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre."

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    D3
    Vendredi 13 Avril 2012 à 18:45

    J'aime ! bigrement énormément , tout simplement ,,,ou presque !


    Relire et découvrir les félures     toniques      parce -que   belles   , tout simplement ,,,,,,ou presque !!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :