• Vases communicants (6)

    Chaque premier vendredi du mois, c'est Vases communicants. C'est avec un grand plaisir que j'accueille Christophe Sanchez du blog Fut-il  (qui, pour une grande part, inspira l'intitulé du mien) pour mes sixièmes Vases communicants. Nous avons pris une photo, chacun de notre côté, le 16/01 à 16h01 et nous sommes lancés le défi d'écrire un texte en 1601 signes sur la photo de l'autre. Ce jour-là, je pris la photo d'une affiche pour une exposition "Corpuscules" de Philippe Favier au musée Granet, à Aix-en-Provence (Christophe n'a pas eu connaissance de ces infos, il a juste écrit sur cette photo!)

     

    Vases communicants (6)

     

    1601 jours quils sont partis. 1601. Jai compté chacun de ces jours, chacune de ces minutes, chacune de ces secondes pour en arriver à ce décompte imparfait. Et le 16/01 à 16h01, je me surpris à trouver juste cette numération : 1601. Ce chiffre si mal mené, si mal rond, si grand et si vide de sens se justifie par la coïncidence du temps. La date et lheure comme un témoin de plus à limpensable, limpossible, lirréelle réalité. 1601. Lincongruité du mal. Parce que cest bien de cela dont il sagit, quand je repense à cette suite humaine mise à plat sans aucune dimension, lorsque je me retrouve démuni et lâche pour mes aïeux devant cette fresque immortelle peuplée de vies éteintes. 

    Un passage dhistoire et des voix étouffées, un train - le 1601 Drancy-Buchenwald  - et de la fumée qui pique les yeux, qui perfore la vue et lentendement comme les œillets qui crèvent leurs visages ignorants. Voilà en corps oubliés ce quil reste de Chamira à la longue popeline de velours, de Gad au costume clair seyant et à la moustache impeccable, de la vieille Emouna leur mère et belle mère bâtisseuse despoir. Suit leur descendance détourée de blanc, flanquée sur un mur comme une estafilade sur nos cœurs : Adam, Simon, fils de Chamira et Gad, et leurs épouses Gayil et Tsipia puis leurs enfants, petits-enfants aux prénoms oubliés parce que trop peu usités, trop neufs, trop peu ancrés dans la vie pour être mémorisés, trop vite partis. Une litanie de prénoms sans nom, car la famille nexiste plus depuis 1601 jours, depuis que le train de la mort a craché un épais voile de vapeur sur la vérité.

                                                                                         Christophe Sanchez, janvier 2012.


    Pour retrouver la liste (concoctée avec patience par la généreuse Brigetoun) des autres rendez-vous des Vases communicants, cliquez ici.


     


  • Commentaires

    1
    mel13 Profil de mel13
    Vendredi 3 Février 2012 à 09:28

    Merci, Christophe, pour ce très beau texte avec ces très beaux noms vivants, témoignant du vivant, qui comptent plus peut-être que ces chiffres arbitraires et intraitables.

    2
    patrick veroust
    Vendredi 3 Février 2012 à 13:53

    Christophe, vous avez déniché une originale et efficace manière de contribuer au "devoir de mémoire". 1601 fut une locomotive mythique. Votre petite nouvelle me parle, d'autant plus,que je suis en train de faire un travail de mise en scéne du texte de Daniel Keene "La pluie", histoire d'une vieille dame à qui les gens qui montaient dans les trains remettaient leurs objets.

    3
    D3
    Lundi 6 Février 2012 à 23:19

    L'irreelle realite ,,,,l'incongruité du mal ,(ou MAL) ,voila les mots qui parlent ,parmi d'autres encore ,  de çA, ,,    Tellement abstrait ,tellement dur a gober ,que ça semble etre juste un cauchemar ,dont on se reveille ,un peu honteux ,d'avoir oser monter un scénario d'une telle monstruosité ;

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :