• Un air de hang

    Pris l'air printanier pour un appel d'air cet après-midi. L'air de rien, avec L., avons pris le pouls de la ville (Aix se porte bien, merci pour elle) et l'air du temps. Avons acheté quelques biens culturels puis sommes rentrés. Je voulais écrire un billet sur quelques personnages rencontrés ces derniers jours sur les blogs, imaginé une histoire avec leurs pseudos qui font rêver (Tisseuse de liens,l'Arpenteur d'étoiles,le Barbare érudit, tenez-vous prêts à entrer en scène, ce n'est que partie remise)et mettent en branle l'imaginaire. Avons emprunté les ruelles, les moins encombrées, les moins boutiquées, les moins peuplées et puis en arrivant à la place d'Albertas, un son inconnu a suspendu nos pas. Le timbre clair, mat, parfois plus sourd d'une percussion d'un ailleurs. derniers billetsderniers billets





























    Une jeune fille vermillonnante, assise en tailleur, faisait danser ses mains sur un double bol résonnant de sons rouges et lumineux. C'était une musique étrange, un rythme envoûtant et puissant qui disait quelque chose de l'Orient, des montagnes, et peut-être du Tibet. Si difficile de parler de sons, de musique. Un extrait préférable.

     Il s'agit d'"Envol immédiat" et l'instrument s'appelle le hang. Les mains de Marie se sont arrêtées de voltiger et les sons sont restés suspendus un instant en l'air, dans un air hors du temps, hors du dehors de la place, et pourtant présent et bien ici. En parlant un petit peu avec Marie, elle m'a appris que l'instrument n'était pas tibétain, mais inventé par un Suisse. Son compagnon, Loïc, joueur de hang également, a composé un album: Le Voyage du Hang, pour financer leur projet. Ils ont voyagé plusieurs mois en vélo jusqu'à atteindre l'Iran mais n'ont pu atteindre leur destination finale: l'Inde, faute de visa. Ils ne savent pas s'ils pourront repartir de sitôt. Vous pouvez les contacter (pour vous procurer le CD, par exemple, ça caresse vraiment les oreilles): Lavie2ventnous@hotmail.fr


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Chlolune
    Dimanche 14 Mars 2010 à 00:07
    L'artichaut mettra peut-être du hang dans son album...belle découverte.
    2
    Shanti
    Lundi 15 Mars 2010 à 15:47
    J'ai entendu cet instrument pour la première fois à Barcelone, au parc Guëll, au milieu des sculptures de Gaudi, c'était vraiment des sons magiques et envoûtants et c'est vrai que les mains au-dessus réalisaient une véritable chorégraphie. Merci de me rappeler son nom, je l'avais oublié.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :