• ta peau

    ta peauC’est un mélange d’effluves assez subtil : la vanille n’a pas réussi à masquer complètement l’odeur du sel et du soleil méditerranéens. On décèle également une note de fleurs de cerisier. Tenter une percée ? Non, beaucoup trop d’agitation en bas. Je poursuis l’exploration vers le nord et survole en rase-mottes la région centrale du territoire mais que se passe-t-il ? L’air est instable, une immense masse noire apparaît, je suis obligé de changer de cap.

    La nuit est redevenue calme. La lune éclaire mon terrain de chasse. J’amorce la descente. C’est une peau mature, stade 4, soignée au demeurant. Le parfum de la crème de nuit est assez fort : je décèle de l’acide glycolique, de l’huile de soja et du germe de blé. Je m’approche prudemment de l’embouchure. L’odeur mentholée du dentifrice se mêle à celle puissante du cacao – à vue de nez 86 % minimum, j’en salive d’avance – le prélèvement devrait être facile et rapide. Il me faut ce sang. Horreur ! L’énorme masse fond sur moi ! Les cinq doigts de la main du sujet mal réveillé – maintenant j’en suis sûr – me traquent sans relâche. Sans coordination aussi heureusement ! Je m’échappe par l’Est mais je reviendrai. J’ai toute la nuit pour cela ! J’aurai ta peau !



    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :