• submersible vert Hopper

    derniers billetsDernier jour avec les élèves, dernière après-midi de révision avec les troisièmes, "Barbara" et Prévert. Et puis on a lu "Liberté" d'Eluard, comme ça, sans trop l'analyser, juste parce qu'après le brevet ils seront bientôt en liberté, libérés du collège et des corvées. Chacun d'entre eux (sauf Prévert et Eluard) m'a écrit un petit mot sur le carnet-bleu-chat. Personne n'a versé sa larme mais l'émotion était là, palpable. Je n'ai lu les mots que rentrée à la maison. Ai continué à feuilleter le carnet avec mes notes de lecture, mes dessins maladroits, mes pastels qui apportent moins de lumière que de surcharge de matière à mes illustrations. Se rappeler que le pastel est d'abord une plante, l'isatis, dont on tirait autrefois un colorant  bleu-indigo. La consistance du pastel ne me convient pas vraiment et depuis la tentative de reproduire un tableau de phare de Hopper, je suis passée à l'aquarelle avec l'excuse de la rapidité. Ai retrouvé les mots du roman qui m'a donné l'envie d'explorer le Cotentin et les entours de La Hague (que jusqu'alors je n'associais qu'à la centrale nucléaire), je veux bien sûr parler des Déferlantes de Claudie GALLAY dans lequel les oiseaux de la réserve et la mer sont des personnages aussi importants que Raphaël, Max ou Morgane. Quelques extraits donc.

    Une carte postale de Hopper entre les pages d'un livre, une fille à une table, dans un café. Les murs peints en vert. J'ai rangé le livre, j'ai gardé la carte. p.21, Claudie GALLAY, Les Déferlantes, éd. du Rouergue, coll. "la brune", 2008.

    Il fallait que je range l'appartement et que je profite aussi de cette pluie pour repeindre les murs. En vert Hopper, le même vert que celui du tableau. Je m'étais dit ça. La carte était punaisée contre la porte. J'aurais pu aller acheter la peinture, mais il pleuvait trop pour aller à Cherbourg. p.78

    Pendant que je passais la peinture, des gouttes sont tombées sur les journaux. Quand je suis redescendue de la chaise, j'ai marché dans les gouttes. Après, j'ai vu qu'il y avait des traces sur les marches. Du vert Hopper en empreintes. J'ai posé le pinceau sur les journaux. La couleur a séché. J'ai gardé le papier. J'ai dit que j'allais continuer à peindre les autres murs. p. 223

    Je me rends compte que je n'ai rien noté sur la mer, uniquement ces notations sur le vert Hopper -duquel j'ai été obsédée tout l'été à en rechercher la nuance exacte avec mes grossiers aplats de pastels gras- et quelques lignes sur la drôle de manière de parler de Max: Les mots sont l'invention-sentence des hommes. Avec RAphaël, on s'est regardés. On a opiné de la tête. Après les nominations-preuves, on trouvait que Max partait très fort pour un lendemain de tempête. Ou encore: Il a touché le dictionnaire et puis il l'a pris, il l'a serré contre lui. - Tous les mots du submersible langage? c'est ce qu'il a réussi à balbutier. p. 443. 

    Reprendrai ma liste de lectures pour l'été, demain;

    derniers billets

      

      

      

      


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lucie g.
    Vendredi 24 Juin 2011 à 19:45

    Je n'avais rien a faire ce soir de week-end quand j'ai regardé mon sac et pensé a vous. J'ai alors fouillé dans ce sac pour y retrouver le poème d'Élouard, je l'ai retourné pour y retrouver le nom de votre blog écrit a la va-vite et j'ai en vitesse lu la première page de votre blog...et j'ai aussi lu les commentaires et écoutée "someone like you" d'Adele. Et la je ne sais pas pourquoi une vague de nostalgie est rentrée en moi peut-être que c'est le fait que l'on aura lus jamais cours avec vous et vos mots aussi dans ce blog mélangés a la musique ...j'adore ce que vous écrivez (en passant) et je vais lire ce blog en entier et aussi lire les nouveaux articles ...

    Lucie,une élève.

    P.S:Il y a un ans je n'aurrai pas vraiment porté attention a ces écris mais maintenant j'ai appris a aimer le francais et a en être curieuse... je dirai que c'est grâce a quelques mois de cours avec vous ..donc je vous en remercie beaucoup !

     

    2
    mel13 Profil de mel13
    Samedi 25 Juin 2011 à 10:55

    @ Lucie: merci d'être passée et d'avoir laissé ce gentil commentaire mais n'écorche pas le nom des auteurs s'il te plaît, surtout quand il s'agit d'Eluard, les noms propres c'est encore plus important que l'orthographe, à mon sens, qu'en penses-tu? Il s'agit tout de même de personnes, qui écrivent, qui plus est...

    3
    Hypathie
    Samedi 25 Juin 2011 à 21:39

    Bonjour Mel,

    Bel article sur la pièce de théâtre, c'est comme si j'y étais... Bel hommage d'une élève aussi, dans ces commentaires ! Cela justifie les longues heures passées derrière un bureau, quelqu'un qui te dit "j'ai appris à aimer le français".

    4
    mel13 Profil de mel13
    Dimanche 26 Juin 2011 à 17:59

    @ Hypathie


    Tu as raison, cela vaut encore le coup d'enseigner pour des élèves comme ceux qui viennent me lire ici, même s'ils font encore quelques erreurs d'orthographe... Merci en tout cas de venir me lire de temps en temps. T'envoie un mail bientôt.

    5
    Hypathie
    Dimanche 26 Juin 2011 à 23:10

    Bah, l'orthographe.... cela est-il encore nécessaire... "écrire droit", ne vaut-il mieux pas "écrire beau" ?

    Pensées affectueuses en tout cas d'une soirée estivale !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :