• Propositions subordonnées relatives

    Un contrôle à préparer et pas du tout l'envie de m'y mettre. Saoulée par mes propres paroles et mes redites, depuis plus d'une semaine. Quant aux élèves, ils n'en ont rien à faire des propositions subordonnées relatives, déterminatives ou explicatives, des expansions du nom et de la fonction des pronoms relatifs. Parmi tous ces mots en -tif, ils n'entendent que les tifs à ne pas même se les arracher, ça n'en vaut vraiment pas la peine. Pourquoi la prof. se les arrache-t-elle, elle, quand on lui répond COD le plus gentiment possible? Pourquoi se met-elle à crier que cela fait cent fois que je vous dis que la proposition subordonnée relative est toujours complément de l'antécédent? Et elle, elle n' aurait pas des antécédents d'hystérique par hasard? Et ces subordonnées à la principale, pourquoi pas le principal adjoint et la CPE, pendant qu'on y est? Il y a des priorités dans la vie, tout est relatif, pronom ou pas. Point barre.
    Heureusement, il y a les Juliette, Julie, Marie, Manon, Camille Luc, Lucas, Yannis, Tim - finalement en les énumérant, me rends compte qu'il y en a pas mal qui ont compris et plus encore si l'on prend en compte ceux qui essaient de comprendre ou de s'intéresser sur les deux classes de troisième - Manon, Pierre, Mélanie, Fadi, Anthony, etc. Je m'arrête pour tenter une statistique: les deux tiers auront la moyenne (optimiste) ou la moitié (lucide) comme à chaque fois. Et puis, au pire, si c'est seulement un tiers, est-ce si important que cela les propositions subordonnées relatives? 
    Non, elles sont même parfois inutiles (certains élèves, tels les écrivains feuilletonistes du XIXe siècle, croient parfois être payés à la ligne en écrivant des: "La femme, qui était grande, qui était âgée d'une vingtaine d'années, qui était assise à coté de moi, me sourit." quand ils n'ajoutent pas du "Quand soudain" sans principale. fin de la digression) "Dégraissez, les enfants! Dégraissez! Je veux des os, des nerfs, des muscles, du rythme. Ôtez-moi ces "qui était", enlevez-moi aussi ces adjectifs, allez à l'essentiel!" mais aussi parfois pleines de sens ou d'ambiguïté, avec ou sans virgule. Oui, mais chers élèves, les propositions subordonnées peuvent être intéressantes. Par exemple, Elle aimait les textes difficiles qui lui résistaient, qui s'apprivoisaient, qui ne sortaient jamais perdants, et à la fréquentation desquels elle avait toujours à gagner, ou pas, mais dans lesquels elle persistait à trouver du sens. 
    Bon, c'est pas tout ça, mais il faut vraiment que je prépare mon contrôle pour demain.

    (Hors sujet:) Entendu sur France Inter ce matin parler d'une tomate à la tendrité exceptionnelle... C'est vrai que la tendresse des tomates est un autre sujet...



    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 3 Mars 2010 à 21:23
    Sammy
    Hum... le créateur de la "tendrité" a sans doutes des problèmes avec ses <a href"http://fr.wikipedia.org/wiki/Dendrite_%28biologie%29">dendrites</a> :)


    Belle improvisation sur les propositions... ça me rappelle des souvenirs (d'élève !)
    2
    Jeudi 4 Mars 2010 à 16:38
    Cela me donne envie de retourner à l'école et de reprendre des cours de grammaire, de conjugaison, d'orthographe...
    Au fait Lali présente une évolution des règles orthographiques tous les mardis
    http://lali.toutsimplement.be/?cat=69
    3
    mel13 Profil de mel13
    Jeudi 4 Mars 2010 à 17:19
    @ lautreje : merci pour l'info et le lien... Quant à retourner à l'école, ça dépend de l'école...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :