• premier pas

     

    premier pasJamais n'aurais pensé que ça se passerait comme ça. Aussi facilement, aussi bien, aussi. Pensais à mes yeux trop vieux, à la fatigue à la lumière, à l'arthrose de mon esprit. La perte du tactile et de l'olfactif.(Soupir) L'odeur de la colle, le toucher du papier. Mieux, les pages des éditions Corti à découper pour mériter son Gracq. Oui, ça, surtout, cette attente gourmande avant la gourmandise en bouche ou, si l'on préfère, le plaisir avant le plaisir. Terminé tout cela. Une page définitivement tournée?

    Bon, déjà, la transition se faisait en douceur. Personne ne m'obligeait à renoncer aux livres papier pour épouser le livre numérique. Pas obligée de laisser tomber le maillot pour aller nager cul blanc chez les naturistes qui trouvent les textiles un peu ridicules, un peu frileux de se baigner ainsi affublés, tout comme les partisans du numérique trouvent les intégristes du papier un peu obsolètes et un peu rétrogrades. Pour ma part, je ne voulais pas trancher. J'aimais autant nager nue que lire en mouillant le doigt de ma salive pour tourner les pages.

    Je m'intéressais depuis longtemps à la démarche de François Bon - me souviendrai toujours du premier mail reçu alors que je n'avais même pas d'ordinateur - un copain m'avait prêté le sien pour poser une question directement à l'auteur de C'était toute une vie étudié à la fac grâce à Anne Roche qui l'avait inscrit au programme de licence- me souviendrai toujours de cette joie pendant mon exposé sur Prison à lire le mail reçu le matin même de François Bon répondant illico à mon interrogation (me semble vaguement qu'il s'agissait de l'image de la prison assimilée à une coquille habitée par un bernard-l'ermite - à vérifier) et je m'étais émerveillée de son accessibilité et de sa simplicité à répondre (me souviens aussi de l'aversion d'Anne Roche envers l'informatique et que lors d'une rencontre pour une lecture, il l'avait gentiment moquée là-dessus) . Bref, j'avais d'abord lu et connu François Bon sur papier et j'avais toujours cru que ce serait avec l'une de ses oeuvres que je commencerais à lire en numérique. Mais j'avais encore des réticences vis-à-vis de l'i-Pad, l'achat de ce type d'objet me paraissant conjuguer les deux tares de l'effet de mode et d'un certain élitisme intello. Je n'avais même pas de téléphone portable, n'ayant pas du tout envie d'être joignable à tout moment. C'était, avec le mariage, l'un des derniers actes de résistance à l'institutionnel et au "Il faut bien grandir" des adultes auxquels on ne voudrait surtout pas être assimilés. Pour faire court, et c'était au départ mon intention, disons que je voulais essayer, malgré tout, de lire numérique sur mon ordinateur, et à force de lire des billets plus ou moins longs  sur les blogs, mes yeux répugnaient moins à lire sur un écran. Bref, cet été-là, j'avais fait la connaissance de cet odieux petit personnage de Kwakizbak et en lisant le faire-part de naissance du livre numérique de Christophe Grossi j'avais eu envie de le lire. Vraiment envie. Et?  Et? 

    Et bien, je n'étais pas déçue. Non, vraiment. Je trouvais même une certaine émotion à aller sur le site, télécharger le livre  le feuilleter (sans humecter le doigt mais l'oeil humide), regarder les illustrations faites par l'auteur lui-même... Et puis c'était la première fois que j'avais un contact (via Twitter) avec l'auteur avant même de l'avoir lu,  l'auteur me remerciant pour la simple mention de la possibilité d'acheter son récit, l'auteur disant "Champagne!" en même temps que le sabrant, bref, tout ça qui n'est pas essentiel mais qui compte quand même un peu. Et puis dès la lecture (confortable) de la première page, je fus prise et conquise par l'essentiel, l'écriture de Christophe; je décidai d'aller lentement, de savourer plutôt que d'avaler. L'ouverture - le château - me plaît par son mélange de romanesque, de mystère, de familière étrangeté:

    La maison les a avalés et les a rendu esclaves de cette enclave. C'est ainsi qu'une mémoire se vide quand on a perdu le goût à la résistance.

    premier pas

     

    N'en dirai pas plus, mais maintenant que le premier pas est pris, crois que je ne vais pas m'arrêter là.




    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    domenico
    Lundi 22 Août 2011 à 22:06

    C TROP BEAU ! (COMME ILS DISENT),,TON ANALYSE ASSEZ NATURISTE ( NUDISTE)emméne sur le fil tendu de la sensibilité ,un peu montagnes - russe , aussi ,,,,donne envie de choper un ouvrage de  monsieur GROSSI ,pour s'y plonger ,,,, volupté ??    toute belle écriture la fait naitre ,,     cet innoubliable message arrivera-il en entier ???   cette canaille d'ordi prends son indépendance ,alors que je l'aime    ,  pourtant  ,     tellement !


    bonne nuit ,,,caniculaire ,,,,,,,,,,las !

    2
    Lundi 22 Août 2011 à 23:03

    Et il a fallu que ça tombe sur moi ! Il y a des dizaines de textes à lire et il a fallu que vous choisissiez le mien pour aller vers la lecture numérique ! Me voilà bel et bien coincé... Comment répondre à votre billet si sincère et drôle aussi (ne m'imaginais pas en naturiste jusque-là, Kwakizbak peut-être mais moi non !) ?

    Merci. Merci mille fois (ma pomme en est flattée), merci surtout (je me permets) au nom de tous ceux, publie.net en tête, qui passent leurs journées (et leurs nuits) depuis plusieurs années maintenant à tenter de construire un catalogue numérique en littérature contemporaine digne de ce nom en bataillant avec la technique et à montrer qu'il se passe quelque chose d'important en matière de lectur&criture web. Qu'il suffit d'essayer pour le voir. Votre billet en est la preuve.

    Si c'est ce texte-là qui vous a amené à lire sur tablette, alors oui j'en suis fier, pourquoi le cacher ? Mais autre chose me fait plaisir ce soir, quelque chose qui dépasse mon simple cas. Ce que vous écrivez : "jamais n'aurais pensé que ça se passerait comme ça. Aussi facilement, aussi bien" et ça "maintenant que le premier pas est pris, crois que je ne vais pas m'arrêter là", va donner la pêche à du monde ce soir. C'est une belle gratification pour tout le travail collectif effectué quotidiennement, et des encouragements comme ça on aimerait en lire plus souvent, c'est sûr !

    Bonne lecture donc. Bonne route aussi. Et belle plongée (sans tenue de plongée intégrale).

    ChG

     

     

    3
    mel13 Profil de mel13
    Mardi 23 Août 2011 à 09:33

    @ ChG : merci d'avoir pris la peine de rédiger ce message mais je voudrais surtout pas que vous vous sentiez "coincé", vous avez mieux à faire et surtout à écrire. Ai conscience aussi de ce travail collectif et de longue haleine et c'est ce qui en fait sa richesse et sa qualité... Alors oui, vous pouvez tous être fiers parce que je suis plutôt du genre "arriéré" concernant les nouvelles technologies et en même temps je pense que ce n'est pas l'outil qui est important mais ce qu'on en fait... et en même temps, ce qui me séduit avec les blogs et les l'édition en ligne -donc l'outil- , c'est cette interaction, ce dialogue tout de suite, l'aspect désacralisé de l'écrivain (la tour d'ivoire et tout et tout...) et pour des gens timides comme moi, ça ouvre des portes et des fenêtres et crée de grands courants d'air... précieux en cette période caniculaire!

    En attendant, je continue ma lecture de Va-t'en, Va-t'en...

    @ domenico : merci  pour ton commentaire et c'est vrai que j'ai un côté montagnes russes...  tu m'as fait rire avec mon "analyse assez naturiste": j'ai juste écrit ce que je ressentais, je ne pense pas qu'on puisse parler vraiment d'analyse, ou alors comme tu la qualifies,  de naturiste, sans vêtements, sans ornement, sans fioriture... Sinon, oui, je te conseille vraiment, si tu ne l'as pas encore fait, d'aller voir le blog du sieur Grossi (déboîtements) et de lire les aventures de Kwakizbak pour te faire une idée et de lire quelques pages de Va-t'en, Va-t'en, C'est mieux comme ça pour voir une autre facette de son style... et on en reparle...

    4
    Mardi 23 Août 2011 à 14:48

    c'est beau cette littérature qui nous fait changer nos habitudes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :