• Possiblement et supercoquelicantieusement


    Ce matin au réveil, seul un mot surnageait du rêve: un adverbe, précisément. La stratégie dans ce cas consiste à ne pas ouvrir les yeux, à ne pas formuler de pensée, à tromper la conscience et lui faire croire qu'on dort encore. Tourner autour du mot, sans y réfléchir. Mais on a beau faire, on commence à creuser la matière et on se maudit de n'avoir ni stylo ni carnet sur la table de nuit. Complètement éveillée, on n'a plus qu'à ouvrir les yeux et formuler très nettement l'adverbe, plusieurs fois, pour le noter plus tard. Présentement, probablement, précipitamment?

    Malheureusement, on l'a oublié, lui aussi. On croit se rappeler qu'il commençait par un "p" et se terminait par un "-ment" et même qu'on s'était dit que ça pourrait faire un bon titre pour ce billet - de ça on en est sûr, même qu'on s'était dit que pour une fois on laisserait tomber les jeux sur les sonorités - du type "un possible ment (et un autre dit la vérité)" et peut-être bien est-ce possiblement finalement. On petit-déjeune, on essaie de lire quelques chapitres du Tiers Livre, lecture en pilotage automatique du blason de Triboulet, dans lequel Panurge donne la réplique à Pantagruel pour qualifier le fou de François Ier.

    f. souverain           f. boursouflé

    f. special               f. supercoquelicantieux

    f. métaphy...

    Les yeux reviennent en arrière "super- quoi"? Fou supercoquelicantieux. La note explique "superbe, magnifique, prétentieux". C'est à ce moment-là qu'on fait le rapprochement. Avec le rêve. La folie, c'est d'écrire avec déjà une idée au départ. Probablement que rêvant, on écrivait un texte parfait, tant dans la forme que dans le fond, dont il ne reste à la fin qu'un mot. Ce mot s'accompagne au réveil de la sensation merveilleuse d'avoir réussi à  dire quelque chose de juste, avec les mots justes et juste le nombre de mots - pas plus pas moins. Sans faire joli, surtout, ce qui serait supercoquelicantieux. Comme on l'a fait parfois. Cherchant la forme pour retrouver le fond, tout le processus de remémoration est faussé.

    Partant, mieux vaut encore cesser de chercher cet adverbe manquant, de penser à ce qu'on écrira plus tard, et de faire autre chose, peindre un fou par exemple. Sans jugement, sans sourire? Si, on a le droit de sourire...



     Possiblement et supercoquelicantieusement


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 10 Août 2011 à 07:51

    génial !

    Avec un tel mot, tu es 4ème sur la page google, coincé entre deux lignes de Rabelais !! Cela aurait été dommage de ne pas t'en souvenir !

    Ce fou est "juste, pas plus, pas moins" et puis oui, on a le droit de sourire !

    2
    Jeudi 11 Août 2011 à 13:25
    Cieljyoti

    magnifique texte, vraiment. et ce mot, supercoquelicantieusement, je ne peux pas m'empêcher de le recopier, je tire un peu la langue parce que je ne veux pas faire de faute, rien que pour le plaisir

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :