• Le blues de l'autruche (suite pour basse et clavecin)

    L'autruche a mal aux cervicales et vous savez combien de cervicales ça a une autruche? Elle a mal ailleurs aussi l'autruche mais elle sait pas vraiment où. Elle a pas vraiment mal, d'ailleurs, l'autruche. Mais elle a acheté des guimauves à l'ancienne et c'est mauvais signe. Pourtant, elle a vécu de bonnes choses, ces derniers jours. Et vu de belles personnes, des vraies. Car elle est sortie de son zoo, l'autruche. Ces trois derniers jours.
    Nîmes, déménagement de sa nièce. Elle l'a entendue jouer de la basse pour la première fois en dégustant les madeleines et les macarons préparés par sa mère (la soeur de l'autruche donc) en compagnie de deux de ses amis qui viennent de faire un tour du monde et de son cousin (le fils de l'autruche donc). L'autruche a trouvé que l'appartement semblait déjà bien habité et elle a pris quelques photos. C'était une belle journée, mardi.
    Mercredi, elle avait rendez-vous à Marseille avec deux très chères amies qu'elle n'avait pas vues depuis longtemps. Après le restaurant, elles sont allées chez Anne, à la cité radieuse, la bien nommée par Le Corbusier. C'était la première fois et Anne leur a fait une visite guidée de l'immeuble - des lampadaires champignons de Xénakis jusqu'à la terrasse du neuvième(?) étage malheureusement en travaux- en leur expliquant tout, chaleureusement: "Prof un jour, prof toujours" leur a t-elle dit, leur ancienne prof de fac. Mais surtout, elle leur a fait visiter son merveilleux appartement; elle leur a montré de la fenêtre une vieille bastide, La Braguelonne (à vérifier, car l'autruche n'a pas une mémoire d'éléphant) qui figure dans l'un de ses romans et où elle prend ses cours de clavecin, et puis des barres d'immeubles des années cinquante (?) appelés "La Cravache", en leur expliquant pourquoi. Mais elles étaient venues pour toute autre chose, le clou de la journée. Elle a refermé, son appartement pour les emmener dans un autre appartement, son salon de musique. Le long couloir sombre dont seules les portes aux couleurs vives -codifiées et inchangeables pour respecter l'esthétique de Le Corbusier- sont éclairées, mystérieux et cinématographique rappelait à l'autruche un film où toutes les portes s'ouvrent les unes après les autres avec des acteurs qui entrent et qui sortent... L'autruche cherche en vain dans sa mémoire, le titre de ce film, d'Hitchcock peut-être, mais elle n'a plus sa mémoire d'éléphant. Bref, dans le salon de musique, elles virent enfin la merveille dont Anne leur avait dit tant de merveilles: son clavecin... Mieux, elle leur joua "Les Barricades mistérieuses" de Couperin. L'autruche était aux anges. Son amie aussi. Dans la voiture, sous la pluie, qui les ramenait à Aix (la voiture pas la pluie), elles se sont raconté tout ce qu'elles avaient en retard. Elles ont parlé de livres, de films, de théâtre. L'autruche ne se sentait plus du tout autruche. Hier, elle est allée au cinéma avec son fils. Et puis ce matin, elle est rentrée au zoo. Elle ne sait pas où elle a mal mais elle a acheté des guimauves à l'ancienne et c'est pas bon signe.

    le clavecin d'anne

    la basse de Chloé


     

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Chlolune
    Lundi 22 Février 2010 à 18:15
    Moi je dis que l'autruche écris tellement bien que l'artichaut (par son coeur qui pleure) aimerait crier au monde le talent qu'il loupe trop occupé par ses cafards de placards.
    l'artichaut aimerait dire à l'autruche que les gimauves c'est pas grave, car un moment donné, y'en aura plus dans le paquet, et y'aura plus qu'à s'extasier...
    2
    mel13 Profil de mel13
    Lundi 22 Février 2010 à 19:20
    T'es adorable...
    Et je crois bien que tu es la centième visiteuse du blog... Tu as donc gagné un cadeau à retirer où tu sais quand tu veux...
    Je vois que tu es connectée: depuis quand? Ce serait bien que tu crées ton blog...
    Au fait le paquet de guimauves a été liquidé en moins de temps que pour l'écrire... 
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :