• laisse yves

     

    La vie est un art et je m'appelle Marcelle Labelle-Duchamp. Je viens d'étendre une lessive orange. laisse yvesBon d'accord, je ferais mieux d'écrire au lieu de chercher l'harmonie dans les couleurs de mes lessives. Mais figurez-vous que j'ai eu aussi une grande idée de roman, dont - pour contrer toute tentative de plagiat- je ne révèlerai ici que le titre: "Plagiat". (Bien sûr cela parlera d'un plagiaire de génie, grand lecteur, et qui décide à la fin de sa vie de se servir des milliers de citations notées dans ses carnets pour en faire un centon gigantesque sans que personne ne le sache). Je vous fais même la primeur de ce grand roman en vous livrant ici un extrait. Saurez-vous retrouver les auteurs plagiés? Imaginons que le narrateur-personnage s'appelle Yves et qu'il soit aussi l'auteur bien blanc de peau d'un massacre collectif (toute ressemblance avec les événements survenus  récemment en Norvège serait purement fortuite):

    Je me vis tel qu'elle me voyait, un incapable qui n'avait, de la vie, que l'expérience qu'il puisait plus ou moins dans des livres, un enseignant au salaire et à la retraite assurés, une mauviette ignorant tout du cruel arbitraire de la vie, de ses horribles chausse-trappes au fond desquelles on pouvait croupir du jour au lendemain. En fait, j'étais avant tout un libre penseur, un hérétique ou mieux encore: un cynique, donc un philosophe. Quelqu'un qui en avait assez de sa méchanceté parfois. Les divertissements sanguinaires, ça lasse. La violence est un amuse-gueules pour spectateurs blasés. Le mal est éventé et plat. En vérité, j'avais déjà tout appris, je m'étais épuisé à ferrailler contre le monde avant même d'y faire mon entrée. Ce monde fanatique, étriqué, capricieux, qui est proprement insupportable pour un esprit libre. Le martyre, lui, avait échappé aux chrétiens, comme tout le reste. Maintenant c'étaient les musulmans qui n'hésitaient pas à appeler les leurs à commettre le sacrifice suprême. J'avais étudié leurs vidéos, la manière dont ils s'y préparaient, dont ils argumentaient leur décision de mourir en martyrs; j'avais appris ce qu'il y avait à apprendre des pratiquants de la religion que je haïssais le plus - l'ennemi par excellence- mais il y avait là un danger: les chrétiens - ou plutôt les habitants de ce monde autrefois chrétien - verraient dans ces événements dramatiques l'oeuvre des musulmans. Cette confusion avait un aspect positif et négatif -positif dans le sens où la haine contre l'islam s'enflammerait avec une énergie décuplée, négatif en ce que les gens mettraient du temps à comprendre que...

    Alors, vous voyez les coutures? Bon, j'ai un peu triché car il se trouve que mes dernières lectures ont toutes un rapport avec le mal- ce n'est pas très étonnant quand on aime lire des polars, me direz-vous. Comme je ne suis pas (encore) une vraie plagiaire, je vous livre mes sources. La première phrase est extraite des Leçons du Mal de Thomas H. Cook, que je n'ai pas terminé. Le deuxième passage, de "En fait" à "esprit libre" est extrait d'une pièce de théâtre dont j'ai parlé hier, Viol de Botho Strauss (j'y ai juste changé les temps de certains verbes au présent). Le dernier est tiré d' Avant le gel d'Henning Mankell et j'ai seulement substitué à la troisième personne une première et supprimé quelques indices qui montrent que c'est vraiment un chrétien intégriste suédois qui envisage de commettre un massacre après avoir fondé une nouvelle secte. D'ailleurs, cela fait vraiment froid dans le dos de lire ça au moment du drame en Norvège.

    Difficile de passer à autre chose après ça. Je voulais faire un billet drôle et montrer qu'on peut élever le plagiat au rang d'art, au sens d'artisanat tout du moins  (ça représente du travail de compiler, d'harmoniser, les temps verbaux, la personne, c'est presque écrire...) de même que la lessive. En fait, j'intitulerai mon texte: De la lessive considérée comme un art.




    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 2 Août 2011 à 08:11

    c'est fou ce que l'orange t'inspire !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :