• découpé-collé #15


    On me colle l’étiquette d’un has been du monde en face alors que mon drame est de ne pas l’être. Un peu étranger partout, j’ai  un peu la sensation de payer pour les autres canards boiteux.

    La mer monte. Donne-moi ta main.

    Cela me plaît moyennement d’être d’ici demain. J’ai rencontré mon fils, un passé qui ne passe pas l’homme en profondeur, le singe qui disait « je » pour se raser, griserie de la jeunesse…

    J’ai un secret : j’ai piqué le portefeuille de l’utopie, à cette page blanche. Seul, le maître nageur me voit. J’essaie de raconter la liberté 16 gigas . Il était une fois le bel âge, l’âge d’or contre toi. Entre ciel et mer le niveau va baisser…

    La scène prend l’eau. À la dernière note, j’éteins la salle. L’intrigue est un prétexte. Silence, on coule.

    J’ai peur. Donne-moi ta main.

    découpé-collé #15















    votre commentaire
  •  

    découpé-collé #14


    Nous sommes l’homme des paysages / femme en suspens / fils ma bataille

    Nous sommes une comédie romantique low cost / un voyage terrifiant

    Nous sommes le monde à l’envers / tout petit dans la ville / la bête en lui

    Nous sommes juste notre regard qui s’épuise / une gueule d’atmosphère / de belles jambes pour l’été

    Nous sommes le prophète-artisan du faire comme si - cachez ce sein

    Nous sommes des rythmes en péril / l’arrivée du métro / un turbulent silence / sa respiration haletante

    Nous sommes tous de la chair et quelques os / l’envers des corps / dans l’arène

    Hémisphère gauche hémisphère droit / ma migraine

    maronnons


    découpé-collé #14


    1 commentaire


  •   

    découpé-collé #13

    Photo de Philippe Marc (merci Phil) 


    Destination nuits d’été


    L’été sera blonde liquide

    L’été questionne les frontières du sérieux

    Des températures largement au-dessus de la moyenne

    S’insurgent contre le sacre du printemps

    Aujourd’hui cet été ne manque pas d’air

    Il se lève très tôt veut prendre un air

    De satisfaction béate sous l’œil indifférent de

    L’hiver sous les couvertures

    L’été analyse des nanoparticules bleues dans les crèmes solaires

    Le bras armé de la poule aux œufs d’or est là

    C’est l’été que Shéhérazade rayonne avec insolence

    Éloigné coupé du monde il ne savait pas, été, que

    Traditionnellement le voyage

    En été est

    Bri-

    découpé-collé #13


     


    votre commentaire
  • Au fond, je suis assez semblable aux petits voyous qui font un bras d’honneur à la réalité - le petit prince a grandi à mains nues - un renard a tourné la page - mieux que des mots, les enfants aiment l’apocalypse - on attribue la violence à une jeunesse qui aurait résisté à vos vieux draps de parole - ne trouvant rien à dire et se plaignant - pour tant de paroles inutiles il n’existe pas de vaccin – peut-on tout se permettre au nom de la parole ? – Parlote, désolé, mais il faut que je te flingue – moi non plus, je ne vois aucune limite – les règles ont changé - les mots comme un sport de combat – allez-y fort !

    découpé-collé #12















    votre commentaire
  • découpé-collé #11J’adore voler vos caprices, églises échevelées, idées tentaculaires, enfants au risque nucléaire / J’étais un enfant assez funambule / Je mangeais de la nuit matin, midi et soir aux frais de la princesse / À 12 ans, je voulais être le maître des forges de l’enfer / Je cherchais une machine à désespérer les hommes/ Je n’imaginais pas trouver la prophétie du poète à la maison  / Je l’ai trouvée / La patronne m’autorisait à butiner la vie qui frémit des histoires / Je m’écoutais penser Lire ne sert à rien, tant mieux / Un grand bol d’air pur au pays des elfes / Ma vie n’est pas dans l’ombre de la lune / Je me suis senti la folle du pape, un Robinson farfelu, un homme qui crie l’ombre d’un doute / Partir, revenir en plein chant / La langue ça laisse des traces / Je voudrais écrire l’histoire vertigineuse d’un illettré en rage / J’ai du mal à concevoir de travailler le sens de la vie / Les incroyables chimères sont revenues / Les fêtes de la joie / Langue mise à nu / Je suis voleur de cauchemars 

    découpé-collé #11



    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique