• découpé-collé #3

    Un homme, au comptoir d’un bar, en aborde un autre, muet tout le long du soliloque.

     

    J’en ai marre de penser qu’à moi. On partage un verre au bar ? Attention, cette eau délie les langues. Les taiseux me parlent…

     

     

     Et les lampadaires chantèrent.

     

     

     

     La vie offre bien plus qu’une faune sauvage. Un million de poules devraient disparaître. Il est temps de tourner la page… J’ai grandi dans le sud, dans un environnement raciste et mophobe. On m’a dit : Attention, ils reviennent ! J’ai dit : Qui ? On m’a dit : Les mots, crétin ! Chacun multiplie son pouvoir par le pouvoir des autres. On va déguster. J’ai compris ce que c’était de braver la vie comme on brave les éléments. Il n’y a pas de problème sans solution à vos pieds. C’est pourquoi les nuages nocifs s’arrêtent aux frontières. Le culte de la peur est un nuage de poussière compressée. Je n’ai rien à dire sur l’invasion des hommes-feuilles. C’est mon affaire.

     

     

     

     Le plus dur a été de tout mettre à l’intérieur.


    découpé-collé #3



     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :