• Dans les huit minutes exactes ... de Chlolune

    Dans les huit minutes exactes qui suivent je pourrais arrêter de penser à comment les passer, arrêter le temps qui passe sans arriver à le prendre, arrêter de penser que je pense sans cesse, sans cesser d’y penser je retraverse la liste des maux, des manques, des vides que le temps ne cesse d’agrandir, grandir en fuyant ce vide pendant que le temps défile…Défilé de souvenirs passés, à rêver, à créer, et c’est de plus belle que la valse des maux redémarre à trois temps…

    Une valse à trois temps
    Qui s'offre encore le temps
    Qui s'offre encore le temps
    De s'offrir des détours
    Du côté de l'amour…

    Ma valse à trois temps ne valse plus du côté de l’amour…Je veux reprendre la danse, mais huit minutes n’y changeront rien : dans les huit minutes exactes qui suivent j’aurais pu réparer le rideau qui attend depuis des mois, j’aurais pu me plonger dans les maux de « l’homme qui voulait vivre sa vie », j’aurais pu faire valser la vie de mille façons sans réfléchir à la couleur de la minute suivante, j’aurais pu…j’aurais pu ? Le conditionnel qu’on aime tant conjuguer au lieu de prendre le temps au temps…Mais ces huit minutes exactes n’y changeront rien, pas celles-là…Je prendrai les prochaines.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :